Le Ventoux
Avec une longueur de 25 km d'est en ouest, une largeur de 15 km du nord au sud et une altitude de 1912 m, le relief du Ventoux est le fruit d'une histoire géologique unique et le lieu d'une incroyable biodiversité. Avant que le Tour de France en fasse une épreuve cycliste mythique, son panorama extraordinaire est l'origine d'une longue tradition d'ascension depuis le récit de Pétrarque de 1336.
Une géologie unique : la tectonique, l'eau et le vent

Le relief du Mont Ventoux Avant -150 millions d'années (Ma) au Jurassique (ère secondaire), le Mont Ventoux n'existe pas. Le lieu de son futur emplacement est un bassin sédimentaire. La formation des Pyrénées entraîne une compression nord-sud, responsable de la formation d’un relief à l’emplacement du Ventoux vers -95 Ma. Pendant l'ère tertiaire, le massif du Ventoux se distingue progressivement de ses alentours. La mer Ligure envahit alors la Provence : le mont devient une île pendant environ 20 Ma. De -10 à -2 Ma, la collision alpine accentue les évolutions antérieures. Le Ventoux devient alors le massif le plus élevé de Provence. Au Quaternaire, l'émergence des Alpes se poursuit entraînant le relief accidenté qui borde le Ventoux et son évolution continue aujourd'hui à une vitesse inférieure à 1 mm/an.

Le sommet gris-blanc du Mont Ventoux n'est une couverture de neige que trois à quatre mois par an. Ce sont les nombreux pierriers et la nature essentiellement calcaire du massif qui donnent l'illusion d'un sommet enneigé quelle que soit la saison. Cet amas naturel de pierres est la conséquence des effets conjoints des deux glaciations (Riss et Würm) et de la violence des vents qui soufflent au sommet du Ventoux, le Mistral en particulier. Ceux-ci sont supérieurs à 90 km/h les deux tiers de l'année. Le relief du Ventoux a aussi été façonné par l'eau qui en a fait un immense réservoir pour le Comtat Venaissin. Le versant sud constitue une barrière aux masses d'air humide venant de Méditerranée et les précipitations sont abondantes à mesure que l'altitude augmente. L'essentiel des eaux infiltre le massif calcaire et ressort en grande part à la Fontaine de Vaucluse à 30 km au sud, alimentant largement la plaine de Carpentras.

Une réserve de biodiversité

Le Mont Ventoux mérite bien son surnom de Géant de Provence. C’est un carrefour entre plusieurs mondes. Il est connu pour ses magnifiques paysages et fait le trait d’union entre la Provence irriguée des plaines du Comtat et une Provence plus dure et plus aride des hauts plateaux où vécut Jean Giono. Avec sa multitude de milieux naturels, le Mont Ventoux accueille une exceptionnelle biodiversité. Ces différents étages (du chêne vert, du chêne blanc, du hêtre, du pin à crochet jusqu'à la calotte pierreuse du sommet) sont peuplés d'une flore et d'une faune d'une extrême variété : se côtoient cerf, chevreuil, sanglier, mouflon de Corse, chamois des Alpes, plus de 120 espèces d'oiseaux (du grand rapace au nicheur), des reptiles comme la vipère d'orsini, une très grande variété d'insectes (dont Jean-Henri Fabre a entamé l'étude au XIXe siècle), etc...

Chamois du Mont Ventoux Grâce à cette richesse incomparable, le Ventoux a été classé Réserve de Biosphère par l'UNESCO en 1990. Ce label international reconnaît une richesse culturelle et historique mais aussi des pratiques humaines respectueuses de ces patrimoines. La volonté de cette réserve est de concilier la protection des ressources naturelles, des paysages et des écosystèmes et d'assurer le développement des activités humaines. Il devrait prochainement devenir un Parc Naturel.

 


Mentions légales